Un tombeau pour Maurice Delotz : un poète « martyr du devoir » dans le discours nécrologique

En 2018, les archives départementales du Puy-de-Dôme accueillaient le grand public dans le cadre d’une collecte pour le centenaire de la fin du premier conflit mondial. De nombreuses familles ont répondus à l’appel, permettant ainsi l’enrichissement des fonds sur la guerre. Cette période correspond à ma propre découverte du monde archivistique par le biais de la recherche historique. En 2019, sous la direction de Nicolas Beaupré, chacun de ses élèves devez constituer une étude sur un fond archivistique de la Première Guerre mondiale. L’intérêt d’étudier le conflit à vocation mondiale apparaît dans sa dimension locale, offrant un autre visage de la Grande Guerre.              Aucun fond organisé pour Maurice Delotz, seulement une dispersion que le personnel des archives a réunit dans un fascicule retraçant les principales œuvres et sources de l’homme thiernois. A partir d’ici, un voyage dans le passé par les mots commence.

Maurice Delotz né le 15 octobre 1893 à Thiers de Louis Annet Delotz (1862-1949) et Jeanne Costilhes (1869-1937), il grandit à Thiers avec son frère Henri Delotz mort prématuré (1890-1893) et sa sœur Alice Marie Gabrielle Delotz (1895-1985). Les nombreuses biographies qui le décrivent font part de qualités ancestrales qu’il aurait héritées de ses Pères : assiduité au travail, amour de la terre, dévouement au bien public, ardente charité, le culte pour les lettres et la recherche curieuse des mœurs et des choses du passé. C’est surtout l’emprise de la tradition familiale qui est décisive pour lui. Il montre des dispositions très jeune pour le catéchisme, annonçant avec gourmandise sa piété futur. Il l’acquiert et la nourrit lors de son passage en troisième à l’Institution Sainte-Marie en octobre 1906 où déjà son père et son oncle avaient étudié. Il est un élève brillant qui excelle dans de nombreuses matières : du latin au français en passant par l’histoire et les sciences. Pourtant, il fixe ses préférences en pratiquant la poésie et l’histoire1. Après l’obtention de son baccalauréat en 1910, il s’oriente vers des études de droit pour faire sa prestation de serment d’avocat le 30 mars 1914. Qualifié de « poète, d’historien, ou encore d’artiste »2, ces diverses publications dans divers domaines lui attirent les louanges dépassant la contrée thiernoise, passant par des membres de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Clermont-Ferrand. Ils le nomment correspondant en janvier 1914 à l’âge de vingt ans.

Quelques mois plus tard, la guerre est déclarée. Enthousiaste selon ses proches, il est déclaré apte pour partir à Rodez en affectation dans le 122e régiment d’infanterie. Très vite, on l’envoie à Montpellier pour tenter le concours d’élève officier qu’il réussit en janvier 1915. Affecté dorénavant au 142e régiment d’infanterie, il est désigné le 2 mai pour commander une escorte au front de Champagne dans le but de servir en première ligne. Son énergie sur le champ de bataille est appréciée de ses supérieurs qui le nomment au grade de sous-lieutenant le 22 septembre 1915. Le 30 octobre, alors que lui et ses hommes défendent le secteur de l’ouest de Tahure (Marne), l’ennemi attaque avec des gaz suffocants. Grièvement touché, Maurice Delotz est envoyé à l’hôpital. Il survit jusqu’au 9 novembre, où à 6 heures du matin il s’éteint en ayant le sentiment d’avoir fait tout son devoir.

Une mort digne et un courage figés par les biographes de Delotz, offrant une manière glorieuse de reprendre les mots d’un colonel : « A fait preuve de la plus grande énergie et d’un sentiment du devoir très élevé en restant jusqu’à épuisement complet au milieu de nuages très épais de gaz asphyxiants pour encourager par sa présence les hommes de la section ».
Sa mort est pour certains l’occasion de le rapprocher des saints : « mais au-dessus des tragiques surprises de sa destinée planait, en son uniforme beauté, le sens du devoir que partout il portait avec lui, et grâce auquel sa jeunesse – un âge où, sous couleur de liberté, d’autres s’abaissent, – s’était lentement élevée, d’une ascension calme et simple, vers les cimes divines3 ».

Maurice Delotz, à la fois homme de foi, homme de lettres et homme de guerre, offre pour l’historien matière et pensée au premier conflit mondial, de manière locale, spirituelle et littéraire.

L’ensemble de ces données historiques et pratiques recueillies, une source concernant Maurice Delotz nous amène à suggérer l’hypothèse suivante : serait-il un martyr de la foi et de la patrie que l’on aurait glorifié après sa mort ?

Dans le cadre de mes recherches sur les poètes catholiques combattants français de la Grande Guerre, mon choix s’est porté sur l’étude d’une source postérieure à la mort du poète catholique Maurice Delotz (1893-1915), Une Âme de Devoir : Maurice Delotz, sous-lieutenant de réserve au 342ème d’infanterie par Edouard Everat4 en 1918. Comme source textuelle, l’ouvrage répond à un désir de rendre hommage au poète combattant catholique, dans l’optique d’une nécrologie5 comme survie littéraire. Dans ce parcours interrompu trop tôt, Everat apporte à la postérité de Delotz une infusion catholique forte pour appuyer son propos : « Maurice était un saint et un vrai disciple de Saint Vincent de Paul. » (p.178). Le plus intéressant n’est pas ce que veut nous dire le texte, mais les non-dits des images en annexe. Une en particulier attire notre attention.

C’est une photographie de la tombe de Maurice Delotz sur le lieu de sa mort, à Somme-Suippes, au front de Champagne. On peut déjà observer que la tombe est très bien mise en valeur par rapport aux deux autres tombes, placées de chaque côté. A l’instar d’une mise en scène comparable à la crucifixion du Christ trônant au centre, et les deux larrons de chaque côté, la photographie révèle l’importance de la personne enterrée au centre. Deux croix ornent sa tombe, une surplombant celle-ci, et une autre blanche plus discrète faisant office de pierre tombale. On peut ainsi le rattacher aux morts de confessions catholiques, à l’instar de son voisin de droite, sans tombe mais où la croix fait office d’indication mortuaire. Le voisin de gauche est quant à lui dépourvu de croix. Mise à part les tombes, deux personnes (qu’on suppose être des soldats français par leur uniforme) sont présentes sur le second et le troisième plan de l’image. Sans pouvoir expliquer leur présence sur l’image, on peut supposer que leur figuration est un contraste avec la mort : malgré les morts, les vivants se souviennent. Pour appuyer son argumentation, Everat en proposant cette image en annexe de son ouvrage veut-il ériger Delotz en saint combattant, un modèle du devoir ? La pluralité d’interprétations est ici possible pour cette photographie. Voilà ce qui en fait sa richesse et l’intérêt pour l’historien.

Maurice Delotz offrira à mon sujet de recherche une semence féconde en germe dans mon esprit futur. C’est vers l’étude des poètes catholiques combattants français de la Grande Guerre que je dirige aujourd’hui mon mémoire de recherche.

1 Pour l’histoire, Maurice Delotz a produit deux travaux sur sa famille que l’on peut qualifier d’historique :

Maurice DELOTZ, Prosper Marilhat (1811-1847), visite chez son neveu, Thiers, imprimerie Favyé, s.d., cote : 2 BIB 11984.

Maurice DELOTZ, Deux volontaires : Genest Delotz (1769-1806) ; Grégoire Delotz (1779-1866), Thiers, Imprimerie Favyé, 1911, cote : 2 BIB 11916.

2 « Le sous-lieutenant Maurice Delotz du 342ème d’infanterie », 1914-1918, Livre d’or de l’Institution Sainte-Marie de Riom, Thiers, imprimerie Favyé, 1921, p.141-147, cote : 2 BIB 10894.

3 Georges GOYAU– Conclusion de la préface du bel ouvrage de M. E. Everat, Une âme de devoir, Maurice Delotz, sous-lieutenant de réserve du 342e régiment d’infanterie, Thiers, Imprimerie Favyé, 1918, cote : A 33564.

4Président de l’Académie de Clermont-Ferrand au moment où il écrit cet ouvrage hommage, Edouard Everat (1855-1945) fut aussi avocat et docteur ès-lettres. Il reste connu pour deux de ses œuvres : Histoire abrégée de la ville de Riom (1925) et La mère de Bréchard (1939).

5 Nicolas BEAUPRÉ,« Nécrologies d’écrivains : la survie littéraire des écrivains morts à la guerre (pratiques, hommages et figures imposées)  » in Schoentjes Pierre (dir.), La Grande Guerre, un siècle de fictions romanesques, Genève, Droz, 2008, pp. 113-132