Il faut bien commencer quelque part

Qui n’a jamais rêvé d’acquérir un couteau-poignard n°2 Modèle Astier-Prodon ? Question rhétorique.

Le couteau-poignard Mle 1916 dont il est question.

L’idée me titillait l’esprit depuis plusieurs mois après avoir manipulé l’un d’entre eux grâce à Monsieur J. Brunel, collectionneur thiernois. Les petites annonces se font rares sur internet et lorsqu’on a la chance d’en trouver une, il ne faut pas longtemps aux passionnés pour s’en emparer. Mais le 22 janvier 2020, un particulier met en vente un couteau de tranchée sur NaturaBuy. Ce n’est pas n’importe quel couteau de guerre, c’est un couteau-poignard Modèle 1916 de la maison thiernoise Bourgade. Les économies de Noël et l’anniversaire approchant à grands pas, me mettent sur la voie de la dépense. Les jours passent et la vente reste en ligne. Plus le temps passe et plus l’occasion de posséder ce couteau s’efface. Nous sommes le 1er février, mes proches me travaillent au corps : « ne rate pas cette affaire », « l’annonce va te passer sous le nez ! »…

Je finis par céder. J’acquiers ma première pièce de collection, il faut bien commencer quelque part.

Mais que peut-on dire de ce couteau-poignard ?

Poinçon BOURGADE LE CHINOIS.

C’est avant tout une pièce de la marque BOURGADE LE CHINOIS. Cette dernière a été rachetée par Claude Dumas après la mort de Bourgade en 1913. L’usine se situait à La-Monnerie-le-Montel, à quelques kilomètres de Thiers. Après plusieurs mois de chômage fin 1914, dus notamment à la mobilisation et aux réquisitions de l’Armée, la production thiernoise se remet en selle et les commandes militaires s’enchaînent. Fin 1915, la maison Astier-Prodon propose plusieurs poignards à l’Inspection des Forges de Lyon1. C’est le « poignard n°2 » qui est retenu avec son manche en bois dur, sa gaine d’acier, et surtout, sa lame épaisse et robuste accompagnée d’un fourreau métallique bronzé. L’Armée est séduite. En 1916, les commandes de « poignard n°2 avec gaine modèle Astier-Prodon suivant dessin » s’étendent à d’autres usines. Les maisons Roddier-Dozolme, Gonon-Chassangues, Delaire, Pataud, Chabrol, Pradel, Besset, Bourgade et la S.G.C.O.2, reçoivent toutes des demandes de productions de ce nouveau couteau-poignard qui fait ensuite le succès de la région3.

Le manche du poignard abîmé. La virole viendra corriger ce manque de solidité.
Figure 1 : Répartition partielle de la production en poignard n°2 Mle Astier-Prodon des maisons coutelières thiernoises.

Pour en revenir à notre pièce, il s’agit d’un couteau-poignard que je qualifierais de « première génération », puisqu’il n’est pas muni de virole. En effet, après les premiers retours, il en ressort un manque de solidité au niveau du manche. Il est alors ajouté une virole pour assurer plus de solidité. En ce qui concerne les marchés de guerre, conservés au Centre des archives économiques et financières (CAEF), ils sont particulièrement complets pour la maison Bourgade. Elle produit 60 500 poignards Mle Astier-Prodon pour l’Armée sur un total partiel de 236 425 pièces, soit environ 26% de la production thiernoise4 [Figure 1]. Avec ce pourcentage, Claude Dumas est le principal producteur de poignards Mle Astier-Prodon selon les sources disponibles au CAEF. Beaucoup de marchés sont toutefois incomplets et ne présentent pas le détail des commandes, notamment pour les maisons Delaire et Astier-Prodon, grands producteurs de couteaux-poignards durant la guerre. Cela n’enlève rien au fait que l’ancienne maison Bourgade fait partie des têtes de liste thiernoises en matière de production coutelière durant la Grande Guerre.

Le couteau-poignard Mle 1916 avec son fourreau.

C’est une affaire fructueuse pour les entreprises. La pièce est en moyenne vendue à 2.59 francs. Le prix vacille entre 2.5 et 2.75 francs la pièce chez Bourgade. Aujourd’hui, il faut décaler la virgule de deux rangs vers la droite et changer l’unité monétaire pour espérer pouvoir s’en procurer un. Pour les modèles de la maison Astier-Prodon, les prix explosent et atteignent le demi-millier d’euros.

S’il ne s’agit pas du poignard le plus cher pour l’époque, il est tout de même le plus rentable. Il permet à l’entreprise de remporter 156 764 francs courants durant le conflit. Parmi l’ensemble des couteaux vendus par la maison, le poignard n°2 Mle Astier-Prodon représente 48% des gains. C’est, par conséquent, une source de profit non négligeable pour les usines thiernoises.

Il reste maintenant à se procurer l’ensemble des couteaux-poignards Mle 1916 de chaque fabricant thiernois pour tenter d’arborer une collection complète. Je commence d’ores et déjà les économies !

GRIBET Octave

[1] Première trace connue de commande en décembre 1915. CAEF, Marchés de guerre 14-18, Thiers, Dossier Astier-Prodon, cote B-0030429, n°1.

[2] Société Générale de Coutellerie et d’Orfèvrerie.

[3] CAEF, Marchés de guerre 14-18, Thiers et Saint-Rémy-sur-Durolle.

[4] CAEF, Marchés de guerre 14-18, Saint-Rémy-sur-Durolle, Dossier Claude Dumas, cote B-0030443.

Couteaux à cran d’arrêt et couteaux-poignards Modèle 1916 : un fragment de la production thiernoise durant la Grande Guerre

Couteau-poignard Modèle (Mle) 1916 de la maison BOURGADE (La Monnerie-le-Montel).

Ne représentant qu’une minorité des causes de décès de la Grande Guerre, les couteaux font tout de même partie du panel d’armes à disposition du soldat. Avec l’arrivée, fin 1914, de la guerre de positions, les soldats se rendent compte de l’embarras des longues baïonnettes dans les tranchées et boyaux de communication. Grâce aux premières permissions, une demande en couteaux se fait ressentir. D’abord, pour remplacer les baïonnettes, mais aussi et surtout, pour concurrencer les Allemands, déjà équipés de telles armes. L’utilité du couteau se fait d’autant plus ressentir à travers les quelques excursions nocturnes chez l’ennemi et le nettoyage des tranchées pour assurer les arrières des premières lignes lors des assauts. Malgré les mentalités de l’époque voyant dans le couteau une arme d’assassin, l’Armée décide de passer commande de plusieurs milliers de pièces auprès des différentes maisons coutelières de France. Dans l’attente des commandes, certains soldats construisent eux-mêmes leur couteau, troquent leur baïonnette pour un poignard artisanal. Mais la fabrication manuelle sur le front n’est pas la seule façon d’obtenir des couteaux au début de l’année 1915.

L’urgence et ses conséquences : le couteau à cran d’arrêt

Lame d’un couteau à cran d’arrêt de la maison DEYRA (Saint-Rémy-sur-Durolle) avec ressort de type palme et anneau de décrantage.

Équiper les soldats de couteaux : voilà l’objectif. Peu importe le couteau, peu importe son efficacité, les soldats doivent en être pourvus. C’est ce besoin pressant qui pousse l’Armée à envoyer des délégués à Paris et dans la Province, à Thiers notamment. Les délégués se rendent de boutiques en boutiques pour réquisitionner l’ensemble du stock mis à disposition par les vendeurs1. Parmi celui-ci, de nombreux couteaux à cran d’arrêt.  Avec sa lame dépassant parfois 15 cm de long et son manche en bois dur, le couteau à cran d’arrêt est une arme aux allures redoutables. En septembre 1915, 46 816 couteaux à cran d’arrêt ont été expédiés depuis le début de la guerre2. La précipitation de 1915 induit cependant un lot d’erreurs. N’étant pas destinée au combat, la lame de seulement 3 mm d’épaisseur est bien trop fragile pour pénétrer efficacement les corps ennemis. Outre cela, le maintien de la lame et du manche n’est assuré que par un simple clou, ce qui donne, à terme, un ensemble fragile et peu pratique pour combattre.

L’absence de garde présente là aussi un souci. En plus de ne pas être solide, le couteau à cran d’arrêt est par conséquent dangereux pour son détenteur. L’assénement d’un coup violent par une main moite et boueuse peut faire glisser celle-ci sur la lame et rendre le poilu inapte au combat.

Le couteau à cran d’arrêt permet une première défense du soldat français. Néanmoins, n’étant ni solide, ni sécurisé, il n’est pas l’arme dont les français ont besoin sur le front.  

L’avènement du véritable couteau de combat : le couteau-poignard Modèle 1916

Vraisemblablement inspiré des modèles de chez Coutrot, le couteau-poignard Mle 1916 connaît une forte popularité au sein du bassin thiernois. Grâce à sa lame à double tranchant d’environ 5 mm d’épaisseur, le poignard Mle 1916 est bien plus efficace que le couteau à cran d’arrêt. Réfléchi et produit pour le combat, celui que les poilus appellent le « Vengeur », dispose d’une garde et d’un fourreau métallique bronzé afin de porter le poignard au ceinturon. L’Armée valide et passe plusieurs commandes auprès des maisons coutelières thiernoises pour en pourvoir l’infanterie et l’équipage des chars.

Équipage d’un char Schneider. Au centre, le tankiste armé de son poignard Mle 1916. Source E.C.P.A.D.

Les couteaux-poignards sont donc produits en masse par les couteliers thiernois. Chaque fabricant propose différentes marques pour ses productions de couteaux.  C’est ainsi que dès la fin de l’année 1915, la maison RODDIER & DOZOLME dépose au tribunal de commerce de Thiers Le Vengeur de 1870 et La Revanche de 1870. D’autres maisons suivent à l’image des maisons PATAUD, BOURGADE ou encore de la S.G.C.O3, pour ne citer qu’elles. Le couteau-poignard Mle 1916 est alors Vengeur, Défenseur, Poilus … Certains préfèrent mettre en avant leur côté revanchard, d’autres personnifient le couteau en le nommant Le Poilu, Le Protecteur, d’autres encore affirment leur patriotisme avec Couteau des Alliés ou Le Porte-Plume des Poilus. Au-delà des mécanismes et des dimensions, les marques de couteaux représentent « une véritable source pour l’historien », pour reprendre les mots de Stéphane Audoin-Rouzeau. La marque traduit donc la pensée du fabricant mais peut aussi témoigner d’un marché. La Fabrique d’Etienne PRADEL dépose plusieurs marques de couteaux en septembre 1916 en faisant référence à la Russie : S.M.4 l’Empereur de Russie, S.M. Alix de Hesse, Nicolas II, France-Russie. Cet éventuel marché est à mettre en perspective avec la demande en couteaux d’Odessa que reçoit le maire de Thiers en février 19155. Cette lettre est transmise aux principales fabriques thiernoises afin d’établir des marchés et remplacer la marchandise allemande en Russie.

Hormis les marques, les poinçons peuvent aussi évoquer des marchés. La fabrique BOURGADE établit plusieurs marchés avec l’Extrême-Orient au XIXème siècle comme en atteste son poinçon BOURGADE LE CHINOIS sur son couteau-poignard et son affiche exposée au Musée de la coutellerie de Thiers.  

A l’aube de la guerre des tranchées, les couteaux deviennent des armes. D’abord maladroite, la production se réoriente ensuite à la fin de l’année 1915, pour finalement s’homogénéiser en 1916. La guerre de 1914 voit l’avènement du véritable couteau de combat. La présence de telles armes ne doit cependant pas fausser la réalité de l’expérience combattante de la Grande Guerre : les couteaux étaient portés mais rarement utilisés. Quand il s’agit de tuer en masse, la lame est moins efficace que l’obus.

GRIBET Octave


Bibliographie 

  • AUDOIN-ROUZEAU Stéphane, Les armes et la chair. Trois objets de mort en 14-18, Paris, Armand Colin, 2009.
  • LECŒUR Gérard, ROUQUIER Roger, Les couteaux de nos soldats (2e édition), Champagne, Edition Crépin-Leblond, 2001 (Première édition : 1987).

1 Bibliothèque du patrimoine de Clermont-Ferrand, L’Ami. Bulletin hebdomadaire du soldat thiernois, n°28, 22 juillet 1915, HPP 15.

2 SHD, 16N 151, Bm9, n°177.

3 Société Générale de Coutellerie et d’Orfèvrerie.

4 Sa Majesté.

5 Archives municipales de Thiers, Journal de Thiers, 21 février 1915, Archives presse.

Un tombeau pour Maurice Delotz : un poète « martyr du devoir » dans le discours nécrologique

En 2018, les archives départementales du Puy-de-Dôme accueillaient le grand public dans le cadre d’une collecte pour le centenaire de la fin du premier conflit mondial. De nombreuses familles ont répondus à l’appel, permettant ainsi l’enrichissement des fonds sur la guerre. Cette période correspond à ma propre découverte du monde archivistique par le biais de la recherche historique. En 2019, sous la direction de Nicolas Beaupré, chacun de ses élèves devez constituer une étude sur un fond archivistique de la Première Guerre mondiale. L’intérêt d’étudier le conflit à vocation mondiale apparaît dans sa dimension locale, offrant un autre visage de la Grande Guerre.              Aucun fond organisé pour Maurice Delotz, seulement une dispersion que le personnel des archives a réunit dans un fascicule retraçant les principales œuvres et sources de l’homme thiernois. A partir d’ici, un voyage dans le passé par les mots commence.

Maurice Delotz né le 15 octobre 1893 à Thiers de Louis Annet Delotz (1862-1949) et Jeanne Costilhes (1869-1937), il grandit à Thiers avec son frère Henri Delotz mort prématuré (1890-1893) et sa sœur Alice Marie Gabrielle Delotz (1895-1985). Les nombreuses biographies qui le décrivent font part de qualités ancestrales qu’il aurait héritées de ses Pères : assiduité au travail, amour de la terre, dévouement au bien public, ardente charité, le culte pour les lettres et la recherche curieuse des mœurs et des choses du passé. C’est surtout l’emprise de la tradition familiale qui est décisive pour lui. Il montre des dispositions très jeune pour le catéchisme, annonçant avec gourmandise sa piété futur. Il l’acquiert et la nourrit lors de son passage en troisième à l’Institution Sainte-Marie en octobre 1906 où déjà son père et son oncle avaient étudié. Il est un élève brillant qui excelle dans de nombreuses matières : du latin au français en passant par l’histoire et les sciences. Pourtant, il fixe ses préférences en pratiquant la poésie et l’histoire1. Après l’obtention de son baccalauréat en 1910, il s’oriente vers des études de droit pour faire sa prestation de serment d’avocat le 30 mars 1914. Qualifié de « poète, d’historien, ou encore d’artiste »2, ces diverses publications dans divers domaines lui attirent les louanges dépassant la contrée thiernoise, passant par des membres de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts de Clermont-Ferrand. Ils le nomment correspondant en janvier 1914 à l’âge de vingt ans.

Quelques mois plus tard, la guerre est déclarée. Enthousiaste selon ses proches, il est déclaré apte pour partir à Rodez en affectation dans le 122e régiment d’infanterie. Très vite, on l’envoie à Montpellier pour tenter le concours d’élève officier qu’il réussit en janvier 1915. Affecté dorénavant au 142e régiment d’infanterie, il est désigné le 2 mai pour commander une escorte au front de Champagne dans le but de servir en première ligne. Son énergie sur le champ de bataille est appréciée de ses supérieurs qui le nomment au grade de sous-lieutenant le 22 septembre 1915. Le 30 octobre, alors que lui et ses hommes défendent le secteur de l’ouest de Tahure (Marne), l’ennemi attaque avec des gaz suffocants. Grièvement touché, Maurice Delotz est envoyé à l’hôpital. Il survit jusqu’au 9 novembre, où à 6 heures du matin il s’éteint en ayant le sentiment d’avoir fait tout son devoir.

Une mort digne et un courage figés par les biographes de Delotz, offrant une manière glorieuse de reprendre les mots d’un colonel : « A fait preuve de la plus grande énergie et d’un sentiment du devoir très élevé en restant jusqu’à épuisement complet au milieu de nuages très épais de gaz asphyxiants pour encourager par sa présence les hommes de la section ».
Sa mort est pour certains l’occasion de le rapprocher des saints : « mais au-dessus des tragiques surprises de sa destinée planait, en son uniforme beauté, le sens du devoir que partout il portait avec lui, et grâce auquel sa jeunesse – un âge où, sous couleur de liberté, d’autres s’abaissent, – s’était lentement élevée, d’une ascension calme et simple, vers les cimes divines3 ».

Maurice Delotz, à la fois homme de foi, homme de lettres et homme de guerre, offre pour l’historien matière et pensée au premier conflit mondial, de manière locale, spirituelle et littéraire.

L’ensemble de ces données historiques et pratiques recueillies, une source concernant Maurice Delotz nous amène à suggérer l’hypothèse suivante : serait-il un martyr de la foi et de la patrie que l’on aurait glorifié après sa mort ?

Dans le cadre de mes recherches sur les poètes catholiques combattants français de la Grande Guerre, mon choix s’est porté sur l’étude d’une source postérieure à la mort du poète catholique Maurice Delotz (1893-1915), Une Âme de Devoir : Maurice Delotz, sous-lieutenant de réserve au 342ème d’infanterie par Edouard Everat4 en 1918. Comme source textuelle, l’ouvrage répond à un désir de rendre hommage au poète combattant catholique, dans l’optique d’une nécrologie5 comme survie littéraire. Dans ce parcours interrompu trop tôt, Everat apporte à la postérité de Delotz une infusion catholique forte pour appuyer son propos : « Maurice était un saint et un vrai disciple de Saint Vincent de Paul. » (p.178). Le plus intéressant n’est pas ce que veut nous dire le texte, mais les non-dits des images en annexe. Une en particulier attire notre attention.

C’est une photographie de la tombe de Maurice Delotz sur le lieu de sa mort, à Somme-Suippes, au front de Champagne. On peut déjà observer que la tombe est très bien mise en valeur par rapport aux deux autres tombes, placées de chaque côté. A l’instar d’une mise en scène comparable à la crucifixion du Christ trônant au centre, et les deux larrons de chaque côté, la photographie révèle l’importance de la personne enterrée au centre. Deux croix ornent sa tombe, une surplombant celle-ci, et une autre blanche plus discrète faisant office de pierre tombale. On peut ainsi le rattacher aux morts de confessions catholiques, à l’instar de son voisin de droite, sans tombe mais où la croix fait office d’indication mortuaire. Le voisin de gauche est quant à lui dépourvu de croix. Mise à part les tombes, deux personnes (qu’on suppose être des soldats français par leur uniforme) sont présentes sur le second et le troisième plan de l’image. Sans pouvoir expliquer leur présence sur l’image, on peut supposer que leur figuration est un contraste avec la mort : malgré les morts, les vivants se souviennent. Pour appuyer son argumentation, Everat en proposant cette image en annexe de son ouvrage veut-il ériger Delotz en saint combattant, un modèle du devoir ? La pluralité d’interprétations est ici possible pour cette photographie. Voilà ce qui en fait sa richesse et l’intérêt pour l’historien.

Maurice Delotz offrira à mon sujet de recherche une semence féconde en germe dans mon esprit futur. C’est vers l’étude des poètes catholiques combattants français de la Grande Guerre que je dirige aujourd’hui mon mémoire de recherche.

1 Pour l’histoire, Maurice Delotz a produit deux travaux sur sa famille que l’on peut qualifier d’historique :

Maurice DELOTZ, Prosper Marilhat (1811-1847), visite chez son neveu, Thiers, imprimerie Favyé, s.d., cote : 2 BIB 11984.

Maurice DELOTZ, Deux volontaires : Genest Delotz (1769-1806) ; Grégoire Delotz (1779-1866), Thiers, Imprimerie Favyé, 1911, cote : 2 BIB 11916.

2 « Le sous-lieutenant Maurice Delotz du 342ème d’infanterie », 1914-1918, Livre d’or de l’Institution Sainte-Marie de Riom, Thiers, imprimerie Favyé, 1921, p.141-147, cote : 2 BIB 10894.

3 Georges GOYAU– Conclusion de la préface du bel ouvrage de M. E. Everat, Une âme de devoir, Maurice Delotz, sous-lieutenant de réserve du 342e régiment d’infanterie, Thiers, Imprimerie Favyé, 1918, cote : A 33564.

4Président de l’Académie de Clermont-Ferrand au moment où il écrit cet ouvrage hommage, Edouard Everat (1855-1945) fut aussi avocat et docteur ès-lettres. Il reste connu pour deux de ses œuvres : Histoire abrégée de la ville de Riom (1925) et La mère de Bréchard (1939).

5 Nicolas BEAUPRÉ,« Nécrologies d’écrivains : la survie littéraire des écrivains morts à la guerre (pratiques, hommages et figures imposées)  » in Schoentjes Pierre (dir.), La Grande Guerre, un siècle de fictions romanesques, Genève, Droz, 2008, pp. 113-132

UCA 1914-1918

Ce carnet de recherche est un espace de formation et un lieu de réflexion pour les étudiantes et étudiants en troisième année de licence et en master et leurs enseignantes et enseignants travaillant sur la Première Guerre mondiale à l’Université Clermont Auvergne. L’objectif est de faire découvrir les recherches réalisés dans le cadre des séminaires « Archives » (L3) et du Master Histoire, civilisations, patrimoine ou plus largement à l’université.