Il faut bien commencer quelque part

Qui n’a jamais rêvé d’acquérir un couteau-poignard n°2 Modèle Astier-Prodon ? Question rhétorique.

Le couteau-poignard Mle 1916 dont il est question.

L’idée me titillait l’esprit depuis plusieurs mois après avoir manipulé l’un d’entre eux grâce à Monsieur J. Brunel, collectionneur thiernois. Les petites annonces se font rares sur internet et lorsqu’on a la chance d’en trouver une, il ne faut pas longtemps aux passionnés pour s’en emparer. Mais le 22 janvier 2020, un particulier met en vente un couteau de tranchée sur NaturaBuy. Ce n’est pas n’importe quel couteau de guerre, c’est un couteau-poignard Modèle 1916 de la maison thiernoise Bourgade. Les économies de Noël et l’anniversaire approchant à grands pas, me mettent sur la voie de la dépense. Les jours passent et la vente reste en ligne. Plus le temps passe et plus l’occasion de posséder ce couteau s’efface. Nous sommes le 1er février, mes proches me travaillent au corps : « ne rate pas cette affaire », « l’annonce va te passer sous le nez ! »…

Je finis par céder. J’acquiers ma première pièce de collection, il faut bien commencer quelque part.

Mais que peut-on dire de ce couteau-poignard ?

Poinçon BOURGADE LE CHINOIS.

C’est avant tout une pièce de la marque BOURGADE LE CHINOIS. Cette dernière a été rachetée par Claude Dumas après la mort de Bourgade en 1913. L’usine se situait à La-Monnerie-le-Montel, à quelques kilomètres de Thiers. Après plusieurs mois de chômage fin 1914, dus notamment à la mobilisation et aux réquisitions de l’Armée, la production thiernoise se remet en selle et les commandes militaires s’enchaînent. Fin 1915, la maison Astier-Prodon propose plusieurs poignards à l’Inspection des Forges de Lyon1. C’est le « poignard n°2 » qui est retenu avec son manche en bois dur, sa gaine d’acier, et surtout, sa lame épaisse et robuste accompagnée d’un fourreau métallique bronzé. L’Armée est séduite. En 1916, les commandes de « poignard n°2 avec gaine modèle Astier-Prodon suivant dessin » s’étendent à d’autres usines. Les maisons Roddier-Dozolme, Gonon-Chassangues, Delaire, Pataud, Chabrol, Pradel, Besset, Bourgade et la S.G.C.O.2, reçoivent toutes des demandes de productions de ce nouveau couteau-poignard qui fait ensuite le succès de la région3.

Le manche du poignard abîmé. La virole viendra corriger ce manque de solidité.
Figure 1 : Répartition partielle de la production en poignard n°2 Mle Astier-Prodon des maisons coutelières thiernoises.

Pour en revenir à notre pièce, il s’agit d’un couteau-poignard que je qualifierais de « première génération », puisqu’il n’est pas muni de virole. En effet, après les premiers retours, il en ressort un manque de solidité au niveau du manche. Il est alors ajouté une virole pour assurer plus de solidité. En ce qui concerne les marchés de guerre, conservés au Centre des archives économiques et financières (CAEF), ils sont particulièrement complets pour la maison Bourgade. Elle produit 60 500 poignards Mle Astier-Prodon pour l’Armée sur un total partiel de 236 425 pièces, soit environ 26% de la production thiernoise4 [Figure 1]. Avec ce pourcentage, Claude Dumas est le principal producteur de poignards Mle Astier-Prodon selon les sources disponibles au CAEF. Beaucoup de marchés sont toutefois incomplets et ne présentent pas le détail des commandes, notamment pour les maisons Delaire et Astier-Prodon, grands producteurs de couteaux-poignards durant la guerre. Cela n’enlève rien au fait que l’ancienne maison Bourgade fait partie des têtes de liste thiernoises en matière de production coutelière durant la Grande Guerre.

Le couteau-poignard Mle 1916 avec son fourreau.

C’est une affaire fructueuse pour les entreprises. La pièce est en moyenne vendue à 2.59 francs. Le prix vacille entre 2.5 et 2.75 francs la pièce chez Bourgade. Aujourd’hui, il faut décaler la virgule de deux rangs vers la droite et changer l’unité monétaire pour espérer pouvoir s’en procurer un. Pour les modèles de la maison Astier-Prodon, les prix explosent et atteignent le demi-millier d’euros.

S’il ne s’agit pas du poignard le plus cher pour l’époque, il est tout de même le plus rentable. Il permet à l’entreprise de remporter 156 764 francs courants durant le conflit. Parmi l’ensemble des couteaux vendus par la maison, le poignard n°2 Mle Astier-Prodon représente 48% des gains. C’est, par conséquent, une source de profit non négligeable pour les usines thiernoises.

Il reste maintenant à se procurer l’ensemble des couteaux-poignards Mle 1916 de chaque fabricant thiernois pour tenter d’arborer une collection complète. Je commence d’ores et déjà les économies !

GRIBET Octave

[1] Première trace connue de commande en décembre 1915. CAEF, Marchés de guerre 14-18, Thiers, Dossier Astier-Prodon, cote B-0030429, n°1.

[2] Société Générale de Coutellerie et d’Orfèvrerie.

[3] CAEF, Marchés de guerre 14-18, Thiers et Saint-Rémy-sur-Durolle.

[4] CAEF, Marchés de guerre 14-18, Saint-Rémy-sur-Durolle, Dossier Claude Dumas, cote B-0030443.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.